La traduction en ligne présente-t-elle une menace pour le métier de traducteur ?

Google Traduction, Reverso, Systran, etc. qui d’entre nous n’a jamais utilisé l’un de ces sites de traduction automatique ? Et dire qu’on a passé des années à apprendre une langue sans pour autant la maîtriser à la perfection. Pourtant, de nos jours, il suffit d’entrer votre texte dans un outil de traduction pour la traduire en n’importe quelle langue. Aussi pratique que rapide, il faut dire que les sites de traduction en ligne sont une véritable aubaine pour certains. Mais alors, le métier de traducteur va-t-il disparaître à jamais ?

Outils de traduction en ligne : comment ça marche ?

Que ce soit pour acheter, pour s’informer, pour communiquer ou pour apprendre, vous trouverez sur internet toutes les réponses à vos questions. Faisant presque partie du quotidien, il constitue votre meilleur allié. C’est également pour cela que les outils de traduction en ligne ont vu le jour. Avec ces solutions de traduction automatique, tout le monde peut désormais accéder à toutes les informations même celles proposées en langue étrangère. Ces systèmes de traduction reposent sur un corpus parallèle de textes de plusieurs langues. Ils fonctionnent de la même manière qu’un cerveau humain. Les moteurs neuronaux analysent chaque mot, la structure grammaticale du texte, afin d’offrir une traduction plus précise, plus pertinente, mais aussi plus naturelle. L’atout principal de ces outils de traduction est qu’ils permettent de traiter plusieurs informations en temps réel.

Les outils automatiques peuvent-ils remplacer un traducteur ?

Les outils de traduction automatique reposent sur l’automatisme. De ce fait, ils peuvent agir rapidement en vous offrant autant de propositions que possible. Cependant, ils ne font que traduire des mots de façon littérale, mais sans pour autant reproduire le véritable sens et la vraie signification de la phrase. C’est notamment le cas avec les textes composés de longues phrases. Certes, les outils de traduction peuvent être d’un grand secours si vous voyagez dans un pays étranger et que vous avez besoin de traduire des phrases courtes. Pourtant, certains sites suggèrent des propositions aléatoires qui demandent beaucoup de modifications et d’améliorations. De plus, malgré leur grande performance et leur efficacité, les plates-formes de traduction n’ont pas la capacité de distinguer le sens des mots lorsqu’il est employé dans un contexte thématique. Il en est de même pour les documents techniques qui nécessitent une traduction très précise. C’est tout l’avantage d’un travail humain. Bien que le cerveau humain ne puisse pas traiter un document aussi vite qu’un algorithme, la qualité du travail proposée est toutefois très satisfaisante. Le traducteur s’efforce de retranscrire votre document tout en respectant le contexte et l’agencement des idées. En effet, un document professionnel n’a rien avoir avec les petites phrases que vous utilisez pour faire du tourisme ou pour effectuer un achat. Dans le monde professionnel, le discours ou le texte à retranscrire a été choisi selon un contexte bien précis. Le style ainsi que les arguments avancés varient en fonction du public que vous souhaitez cibler. Le métier de traducteur ne s’improvise pas. Cela demande de l’expérience, de la compétence, des connaissances linguistiques (orthographe, syntaxe, grammaire), mais aussi une grande connaissance culturelle. Tous ces paramètres sont indispensables dans un discours professionnel.

La traduction automatique peut-elle compléter le traducteur réel ?

Les outils automatiques sont réputés pour leur rapidité et leur performance. En utilisant un outil de traduction automatique, il vous est possible de faire traduire même un volume de document important à n’importe quel moment. Le seul hic est qu’il ne dispose pas d’une capacité analytique comme le traducteur réel. Il n’est pas en mesure de déceler les ambiguïtés des mots. C’est la raison pour laquelle il ne peut pas substituer les compétences d’un traducteur humain. Malgré cela, celui-ci ne peut pas ignorer les avancées de la technologie. Une traduction assistée par un ordinateur ne peut qu’être avantageux, pour ne citer que le gain de temps que cela offre.

Ce que vous devez savoir sur le métier de consultant SEO

Comme vous l’avez sans doute pu constater ces 20 dernières années, le monde du web est en constante évolution. Cette évolution a conduit à la naissance de nouveaux métiers liés au monde de l’internet. Parmi ces métiers qui sont apparus récemment, on retrouve notamment celui du consultant SEO. Ce professionnel est prisé par toutes les entreprises qui possèdent des sites web. Afin de vous aider à mieux comprendre, nous allons voir les principaux points qu’il faut connaître concernant ce métier. Qu’est-ce qu’un consultant SEO ? Quelles sont ses missions ? Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ? Voilà les questions auxquelles nous allons répondre pour vous permettre d’en savoir plus.

Qu’est-ce qu’un consultant SEO ?

Avant de passer à la définition proprement dite du métier de consultant SEO, nous allons tout d’abord rappeler la signification du terme « consultant ». Dans le monde professionnel, ce terme désigne un expert dans un domaine déterminé qui donne des consultations. Donc, son rôle est de fournir des conseils sur un sujet, pour le compte d’un particulier ou d’une entreprise. Et pour cela, il reçoit une rémunération.
Rappelons aussi que le signe SEO signifie « Search Engin Optimisation ». Ce qui veut dire en anglais « Optimisation de Moteur de Recherche ».
Donc, le terme consultant SEO désigne un professionnel spécialiste du référencement naturel. En d’autres termes, c’est un expert en audit SEO. Le but de son travail est de rendre le contenu d’un site web le plus visible possible afin de générer du trafic.

Quelles sont les missions d’un consultant SEO ?

La mission principale d’un consultant SEO est de faire en sorte que le site web de son client bénéficie du meilleur positionnement dans les différents moteurs de recherche : Google, Yahoo, etc. Et à part cela, il a aussi pour mission de rédiger le contenu du site. Le consultant SEO est également en charge du webmarketing et de la communication de l’entreprise dans laquelle il travaille. Selon les spécialistes, les missions d’un consultant SEO se divisent en trois catégories bien distinctes.

L’optimisation du site internet
L’optimisation d’un site internet doit prendre en considération de nombreux facteurs et nécessite la mise en place d’une stratégie bien définie afin d’utiliser le meilleur outil SEO possible. Optimiser un site internet n’est pas chose facile, à cause notamment de l’évolution permanente des méthodes de travail de Google. Ce qui oblige le consultant à s’adapter constamment et à mettre à jour ses stratégies.

L’analyse en profondeur du site web
En tant que consultant, il a aussi pour mission de prodiguer des conseils à ceux qui font appel à ses services. Les conseils qu’il prodigue sont liés à l’optimisation de la visibilité de leurs sites. Afin d’y parvenir, le consultant réalise des audits (techniques, sémantiques et audits de concurrence). Ainsi, il saura identifier tous les facteurs qui pourraient constituer un blocage pour la visibilité du site dans les moteurs de recherche.

Établissement d’un reporting et d’une stratégie de référencement
Pour un meilleur référencement, il est important d’établir une stratégie bien définie. En effet, l’élaboration d’une stratégie adaptée permet d’anticiper d’éventuels changements pouvant survenir.

Quelles sont les qualités requises pour devenir un consultant SEO ?

Le métier de consultant SEO nécessite de nombreuses qualités. Mais la plus importante est sans doute la polyvalence. En effet, cette qualité est indispensable afin de mieux comprendre les besoins, les problématiques et les enjeux liés au référencement. Afin d’offrir le meilleur service à son employeur, le consultant SEO doit aussi avoir les qualités suivantes : la passion pour le métier du web avant tout, mais aussi le sens de la créativité, le pragmatisme, la capacité d’analyse, la curiosité, l’esprit d’équipe ainsi qu’une grande capacité d’analyse.

5 facteurs qui contribuent au succès de l’e-commerce

Pour créer et développer un e-commerce réussi, il est nécessaire d’engager des ressources, de l’énergie et beaucoup de temps. Il est également important de mettre en œuvre des stratégies décisives pour atteindre les objectifs. Chaque entreprise et chaque stratégie sont différentes. Par conséquent, nous voudrons souligner certains aspects et considérations qui ne devraient pas être négligés dans un plan d’action efficace.

Le marché cible

La première étape fondamentale dans la création d’un e-commerce est une connaissance approfondie du marché sur lequel nous voulons nous lancer. Il est très important de savoir si le produit ou le service que nous proposons est en demande en ligne. Pour collecter ces données, il existe des outils tels que semrush.com qui nous permettent de rechercher les mots clés qui nous intéressent pour notre marketing.

L’analyse de marché doit également prendre en compte les concurrents de notre secteur d’activité. Ces points de référence sont indispensables pour comparer et déterminer les prix valus de vos services et produits. En effet, nous ne pouvons pas nous lancer des produits dont les prix sont très éloignés des valeurs moyennes du secteur.

Deuxièmement, il faut miser sur la qualité des produits et des services proposés. Sans aucun doute, la qualité a un coût, mais elle nous garantira des résultats sur le long terme. Sachez qu’un client satisfait est plus susceptible de faire des achats et continuera à compter sur nous et notre boutique en ligne. Il ne s’agit donc pas seulement de faire des ventes, c’est aussi une question de fidélisation clientèle.

La fidélisation clientèle

En ce sens, il est très important de disposer d’un service d’assistance compétent que le client peut facilement contacter, soit par téléphone, par courrier ou chat. L’utilisateur effectue ses achats de manière indépendante via certains processus de commande. Et pendant cette opération, il peut avoir besoin d’aide.

En raison de sa nature de support virtuel, la boutique en ligne manque de contact visuel et personnel entre le vendeur et le client. Il est donc nécessaire de proposer un service d’assistance adéquat. Un contact pour que le client sache qu’il y a de vraies personnes derrière l’écran.

Une autre technique pour augmenter notre crédibilité est de fournir un espace où les clients peuvent laisser leurs avis et commentaires sur le service proposé. De cette façon, ils se sentent valorisés. Par ailleurs, le fait de lire les avis des autres utilisateurs peut aider à convaincre les personnes indécises.

Le feedback joue également un rôle important pour ceux qui gèrent la boutique en ligne. Il s’agit d’obtenir un retour immédiat sur la satisfaction client. Et, en cas de mécontentement, il offre la possibilité d’y remédier au plus vite.

Il existe de nombreux services qui vous permettent de collecter des avis de manière impartiale et réelle, garantissant un service client honnête.

Le marketing

Le dernier, mais non le moindre, est l’aspect du webmarketing. Dans le monde virtuel, comme le monde « hors ligne », il faut investir dans la publicité pour vendre. Il est important de se positionner parmi les premiers résultats dans les moteurs de recherche. Cela implique de réaliser des opérations de référencement, sérieuses et continues. En effet, la concurrence sur le web est très féroce. Par ailleurs, les moteurs de recherche sont les premiers instruments pour obtenir du trafic.

Outre l’optimisation, des outils publicitaires sont nécessaires dans les moteurs de recherche (Adwords) et dans les réseaux. Ces moyens garantissent des résultats à court terme. Enfin, il est également très important de mesurer les résultats en termes de ventes et de visites. L’outil le plus utilisé à cet effet est Google Analytics. Avec cela, nous pouvons savoir d’où viennent nos principaux clients afin de concentrer nos efforts sur les moyens les plus rentables.

Comment fonctionne un malware ?

De son nom originel « malicious software », le malware est tout simplement un système malintentionné. En termes clairs, il s’agit d’un logiciel conçu pour rendre défectueux ou porter atteinte à l’intégrité d’un appareil électronique. Il en existe de différentes sortes avec l’objectif commun de porter préjudice. Ainsi, en fonction de sa nature, le malware a un mode opératoire précis. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’un virus, il se propage dans votre appareil en s’attaquant aux différents fichiers. Ils sont généralement reconnus par l’extension (. exe). Le cheval de Troie est également un malware qui prend l’apparence d’un programme inoffensif, mais qui crée des portes dérobées pour laisser passer d’autres malwares. Toutefois, il en existe d’autres formes comme les spyware, les Ransomware, etc.

Lire la suite