Quels sont les algorithmes de Google et leur signification pour votre site web ?

Que vous soyez novice en matière de référencement ou expert, vous devrez toujours être attentif aux développements et mises à jour des algorithmes de Google. Ils représentent un mode de calcul employé par Google pour garantir que les résultats renvoyés par une requête de recherche sont pertinents et de haute qualité.

Jusqu’à présent, quatre des algorithmes de recherche les plus courants lancés par Google sont : Caféine, Panda, Pingouin, et leur dernier système, le Colibri. Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur leur fonctionnement et sur la manière dont vous pouvez optimiser votre site web.

Qu’est-ce qu’un algorithme de recherche et comment fonctionne-t-il ?

L’engagement de Google à ne présenter que les résultats les plus pertinents et les plus utiles dans la première page des résultats des moteurs de recherche (SERP) la plus convoitée l’a conduit à programmer et à mettre en œuvre des algorithmes de recherche. Ils servent à discerner les sites web qui méritent le nombre limité de créneaux. En ce qui concerne les moteurs de recherche, les algorithmes mis en œuvre par Google visent à identifier et à sélectionner les meilleurs résultats en fonction de facteurs de classement spécifiques.

Les algorithmes sont programmés, exécutés et mis au point par des ingénieurs et ceux qui passent leur série de tests sont connectés à des robots de recherche. Les liens trouvés dans chaque site web sont tracés par ces robots et suivent l’endroit où les liens mènent. C’est également le travail des robots d’indexer ce qu’ils ont trouvé et de stocker ces informations dans une énorme base de données virtuelle (pensons à 100 millions de gigaoctets).

Caféine

En 2009, Google a publié Caféine, un algorithme de recherche destiné à examiner la structure architecturale des sites web et de ceux qui n’ont pas encore été explorés. L’infrastructure du site a été prise en compte dans le classement, ce qui a permis à Google de mettre à jour son index de recherche. Cela lui sert à cataloguer de manière beaucoup plus dynamique et organisée les millions de liens trouvés dans sa base de données. Ce changement n’a pas nécessairement été ressenti car la caféine était censée être une mise à jour sous le capot et profiter principalement à Google en affichant des résultats de recherche.

Google Panda

Déployé en 2011 et toujours actif à ce jour, Google Panda a été créé pour cibler les sites qui publient des contenus de faible qualité et les pénaliser si possible. C’est lors de cette mise à jour que le contenu a été considéré comme roi, car il jouait un rôle central dans l’analyse et l’évaluation des sites web. Lors de sa sortie initiale, le Panda a cherché dans l’index de Google des sites qui présentaient des doublons, des publicités volumineuses et d’autres techniques erronées telles que l’emploi de la SEO à chapeau noir.

Google Penguin

Après avoir identifié et sanctionné les sites web dont le contenu était médiocre, il était temps pour Google de se concentrer sur les pratiques de référencement malveillantes et de les corriger. Google Penguin a été lancé pour réglementer les sites web considérés comme spammeurs ou trop optimisés. Le Pingouin a ciblé les sites qui présentaient un bourrage de mots-clés ainsi que ceux qui pratiquaient un référencement de type « black-hat ». Cet algorithme a récompensé les sites qui utilisent un référencement de qualité au sens générique du terme.

Penguin 1.0 et la première série de mises à jour qui ont suivi l’algorithme original se sont également concentrées sur les sites qui utilisent des liens manipulés pour générer du trafic. Il a également pénalisé les sites qui contenaient des liens sans rapport avec son industrie ou sa niche. Cette année, Google a de nouveau actualisé Penguin et a commencé à fouiller plus profondément les sites web pour y trouver des spam et des tactiques douteuses de création de liens, comme l’achat de liens sous prétexte d’attirer du trafic naturel.

Logiciel de pare-feu : l’essentiel à connaître pour mieux choisir

Avec la généralisation de l’utilisation d’internet, de nouvelles pratiques frauduleuses ont également vu le jour. Ce sont habituellement des programmes malveillants, des malware qui circulent sur le réseau à la recherche de système à infecter. Ils représentent une menace de taille pour les entreprises, mais aussi pour les particuliers. Cependant, on a toujours tendance à les négliger. En effet, les particuliers se fient uniquement aux logiciels de pare-feu, installés par défaut sur l’ordinateur sans se soucier de leurs efficacités. Pourtant, l’enjeu est de taille, car un malware qui s’infiltre dans votre ordinateur via votre réseau représente une brèche sécuritaire importante.

Quel est le rôle du pare-feu ?

Tout comme l’antivirus qui protège l’ordinateur contre les programmes indésirables, le pare-feu empêche les menaces externes d’accéder au système. Il joue le rôle de barrière entre le réseau internet et votre ordinateur.

De nombreux programmes potentiellement dangereux pour votre ordinateur circulent librement sur internet. Si votre réseau n’est pas correctement protégé, ces menaces peuvent facilement corrompre votre système.

Comment fonctionne le pare-feu ?

En général, le pare-feu empêche les virus et les logiciels malveillants de s’infiltrer dans le réseau local. Pour les entreprises, il assure également la protection du serveur, ce qui est d’une importance capitale. Son fonctionnement diffère selon les besoins et le contexte d’utilisation.

  • Le firewall bloque l’accès de votre réseau à des sites potentiellement dangereux pour votre ordinateur.
  • Il filtre le trafic en repérant et en bloquant les logiciels et les programmes qui risquent d’endommager vos données.
  • Pour certains logiciels, une fonctionnalité permet le filtrage de paquets c’est-à-dire d’un ensemble d’informations que vous recevez ou envoyez.

Pour quel logiciel opter ?

Il existe de nombreux logiciels pour assurer le filtrage des données transitant depuis et vers votre ordinateur. Mais, avec toutes les offres disponibles et proposées sur le marché, il devient difficile de choisir. Néanmoins, il existe des critères qui peuvent influer sur votre décision. En principe, le choix se fait selon votre besoin en protection. En effet, des structures, comme les entreprises nécessitent un niveau de sécurité, beaucoup plus élevé que les particuliers.

Windows Defender Firewall

C’est le logiciel de pare-feu par défaut pour les utilisateurs de ce système d’exploitation. Ce composant est disponible depuis les éditions Windows Vista et XP. Des changements ont été apportés pour augmenter l’efficacité du programme. Désormais, ce sont des logiciels performants qui se passent d’installation et de maintenance. Quant à la mise à jour, elle se fait automatiquement avec celle du système.

GlassWire

Ce logiciel est très apprécié pour ses multiples fonctionnalités et sa polyvalence. En effet, il met à la disposition des utilisateurs une gamme complète d’outils de surveillance de réseau. Il s’agit d’un indicateur qui vous informe sur la qualité de votre bande passante, par exemple. Il permet également de voir et de bloquer les applications qui tentent de se connecter à votre réseau.

TinyWall

Ce logiciel gratuit est l’un des meilleurs choix pour un particulier. En effet, il offre un mode de fonctionnement efficace dans la gestion de réseau. Outre cette performance, il propose de nombreux avantages.

  • Ce logiciel améliore le fonctionnement du pare-feu par défaut.
  • Il est léger et n’utilise donc pas beaucoup de ressources du système. Il n’installe également pas de composants dans le noyau de votre système.
  • Il permet d’analyser les logiciels malveillants comme les vers et les chevaux de Troie

Comodo Firewall

C’est l’un des logiciels les plus performants en termes de sûreté sur internet. Il s’accompagne souvent de nombreuses autres fonctionnalités.

Contrairement aux autres logiciels, Comodo Firewall tient les utilisateurs au courant en cas de changement dans le réseau. La maîtrise de cette fonctionnalité est assurée par une interface facile à prendre en main.

Sa base de données virale est régulièrement mise à jour pour améliorer la détection des nouveaux virus et d’autres logiciels malveillants.

Quel langage de programmation devriez-vous apprendre pour commencer ?

C’est probablement l’une des questions les plus posées par les personnes qui souhaitent entrer dans le monde de la programmation. Vous pouvez demander à dix programmeurs quel est le meilleur langage pour commencer, et ils vous donneront dix réponses différentes.

Voici quelques conseils et suggestions pour essayer de vous aider à prendre une décision.

Pourquoi voulez-vous apprendre à programmer ?

Il est probable que, selon ce que vous souhaitez programmer ou pour quoi, le choix a déjà été fait bien que vous ne le sachiez pas encore. Pour programmer des pages Web, par exemple, vous devez apprendre HTML, CSS, JavaScript et peut-être PHP pour l’interactivité. Si votre objectif est uniquement de développer des applications mobiles, ce que vous devriez apprendre serait Objective-C pour iOS ou Java pour Android.

Si vous voulez aller au-delà d’un projet spécifique, le meilleur moyen est d’apprendre les principes de base de la programmation. Il faut aussi que vous pensiez « comme un programmeur ». En ce sens, même les applications et les méthodes pour apprendre aux enfants à programmer peuvent être utiles.

Les langages de programmation les plus recommandés pour les débutants

Le fait que les langages soient développés les uns sur les autres rend souvent leur syntaxe identique ou très similaire. Ainsi, apprendre l’un vous permettra de comprendre plus facilement l’autre. Par exemple, l’impression de l’expression « Hello Tout Le Monde » en Java et C # est similaire, comme c’est le cas entre Perl et Python. Cependant, ces langages diffèrent par leur facilité ou leur difficulté d’utilisation. Il y a des langues qui ont besoin de plus de citations, et d’autres moins.

Voici un bref résumé des langages les plus courants.

    • Le langage C

C est l’un des langages de programmation les plus utilisés, et cette popularité a ses raisons. Selon les professionnels : C est l’équivalent de l’apprentissage de l’anatomie de base en médecine. C’est un langage qui fonctionne au niveau de la machine. Il sert donc à comprendre comment un programme interagit avec la couche matérielle.

Avec C, vous apprenez à faire des choses comme le débogage du code ou la gestion de la mémoire. Il offre également une vue panoramique du fonctionnement d’un ordinateur que d’autres langages n’offrent pas.

    • Le Java

C’est le deuxième langage le plus utilisé par les programmeurs. Il est très utile pour apprendre les principes de la programmation orientée objets (POO) qui sont utilisées dans d’autres langages modernes (Perl, Phyton, JavaScript…).

Java a l’avantage d’être un langage très mature. Il est utilisé dans un grand nombre d’environnements, y compris le développement d’applications Android. C’est donc un langage très pratique. Avec Java, vous n’apprendrez pas le contrôle des périphériques au niveau matériel comme avec C. Par contre, vous apprendrez à accéder et à gérer les parties les plus importantes comme le système de fichiers, les graphiques ou le son.

    • Le JavaScript

Malgré son nom, JavaScript n’a pas grand-chose à voir avec Java. Sa mise en œuvre est relativement simple puisqu’elle est pratiquement déjà intégrée dans tous les navigateurs. D’ailleurs, certains professeurs de programmation conseillent de commencer par ce langage. Sa syntaxe est à la fois simple et flexible. D’ailleurs, si vous désirez programmer des éléments interactifs pour une page web, JavaScript est indispensable.

    • Le Phyton

De nombreuses personnes recommandent Python pour commencer en raison de ses capacités étendues et de sa simplicité. Son code est facile à lire. Il aide également à développer un style de programmation propre sans avoir besoin d’être trop strict avec la syntaxe. Bien que les autres langages ne doivent pas être négligés, Python prend moins de temps et moins de concepts à apprendre pour atteindre un certain objectif. Cela est toujours bon pour encourager les programmeurs débutants à poursuivre leur apprentissage des autres langages plus austères.

 

lunettes anti-procrastination

Les lunettes anti-procrastination gardent un œil sur votre productivité

La difficulté à rester concentré est l’un des problèmes qui touchent de plus en plus les travailleurs, étant donné le stress auquel ils sont tout le temps confrontés. Mais une startup nommée Auctify a ce qu’elle prétend être la solution : des lunettes intelligentes qui utilisent l’IA pour surveiller ce que vous regardez et vous inciter à faire attention. Selon votre vision du monde, cela peut être le produit de vos rêves ou plutôt un cauchemar de piratage de productivité.

Ces lunettes s’appellent Specs et sont lancées sur Indiegogo. Le principe est simple : une caméra intégrée dans le cadre de Specs utilise l’apprentissage automatique pour identifier ce que vous regardez, qu’il s’agisse d’un ordinateur portable, d’un livre ou d’un autre être humain. Il enregistre ces données et les envoie vers une application connectée où les utilisateurs peuvent agir de différentes manières.

Vous pouvez obtenir un aperçu de la façon dont vous avez passé votre journée, avec des graphiques colorés indiquant le nombre de minutes que vous avez gaspillées. Si vous souhaitez être plus proactif, vous pouvez définir des « sessions de mise au point » pour les moments où vous souhaitez vous concentrer sur certaines activités. Et si vous voulez vraiment être alerté lorsque vous regardez des choses qui ne sont pas vraiment intéressantes, des signes visuels et audio (une lumière dans le coin de votre vision ou un son joué à travers les lunettes intégrées) vous seront envoyés.

Bien que chacun de nous sache quand nous sommes distraits, il peut être difficile d’en expliquer les règles à une machine. Mais Auctify affirme que les lunettes sont livrées avec des applications compagnons pour le Web et votre téléphone qui les permettront d’identifier les sites Web ou les applications que vous utilisez quotidiennement pour travailler et d’intégrer ces informations dans son historique de suivi.

Le fondateur et directeur technique d’Auctify, Hisham El-Halabi, a aussi déclaré que les algorithmes de l’entreprise seront en mesure d’identifier 20 activités différentes au lancement, y compris la lecture, l’écriture, la lecture de votre téléphone, votre ordinateur portable, la télévision, le gym, faire du yoga, cuisiner, jouer à un instrument, manger et discuter avec d’autres personnes. D’autres seront ajoutés au fur et à mesure, et les utilisateurs peuvent modifier la façon dont chacune de ces activités est catégorisée.

Étant donné qu’être productif signifie différentes choses pour différentes personnes, les utilisateurs peuvent choisir dans l’application quelles activités sont reconnues comme productives, explique El-Halabi. Pour les activités qui peuvent être plus vagues comme l’étude, l’utilisateur peut définir quelles activités spécifiques contribuent à l’étude (comme la lecture, l’écriture, etc.).

En plus de son suivi d’activité, Specs a quelques autres astuces dans ses bras. Un oxymètre sanguin, un accéléromètre et un gyroscope intégrés permettront aux lunettes de fonctionner comme un appareil de suivi de la condition physique, tandis que les haut-parleurs à conduction osseuse vous permettront d’écouter de la musique et même de prendre des appels en utilisant les spécifications. Et bien sûr, vous pouvez également mettre des verres correcteurs dans les lunettes, si vous souhaitez les utiliser dans le but banal de corriger votre vision.

De toute évidence, pour un appareil dans le but exprès de surveiller tout ce que vous faites chaque jour, la confidentialité est une grande préoccupation. Auctify dit que Specs n’envoie jamais de photos ou de vidéos sur Internet, et utilise l’apprentissage automatique pour analyser les éléments visuels sur l’appareil, après quoi ils sont immédiatement supprimés. La société affirme également que les informations sur votre téléphone sont cryptées, bien que cela ne signifie pas que les lunettes elles-mêmes ne peuvent pas être détournées.

langage Python

Pourquoi apprendre le langage Python ?

La connaissance d’un langage de programmation est un atout considérable pour les chercheurs d’emploi dans le domaine du numérique. Pourtant, l’apprentissage de ce langage nécessite du temps et de la volonté. De plus, il existe des centaines de langages et on peut s’y perdre facilement. C’est pour cette raison qu’on doit apprendre en premier le langage Python.

Généralité sur Python

Étant le langage de programmation le plus populaire, Python séduit des milliers d’entreprises. La majeure partie d’elles, dont Facebook, Google, Instagram, Dropbox et Reddit ont créé leur site internet avec ce langage.

C’est un langage à usage général

Selon certains ingénieurs, Python est actuellement le langage de programmation le plus apprécié des développeurs dans les domaines de l’informatique. En effet, c’est un langage interactif, interprété et de très haut niveau. Il peut être utilisé dans le Cloud computing, les tests de logiciels, le développement web, l’automatisation, Hadoop, Big Data, etc.

C’est un langage facile à apprendre

Par rapport aux autres langages de programmation, Python est le plus facile à apprendre. En fait, la syntaxe des lignes de code est très claire, ce qui rend la compréhension et la lecture plus simple. L’enseignement et l’apprentissage de Python à l’aide des cas pratiques est une excellente approche. En effet, la syntaxe de ce langage obéit à moins de règles comparée à celle des autres langages. De ce fait, on n’a pas besoin de compliquer la tâche avec des accolades,des parenthèses, des points-virgules ou des crochets. C’est l’indentation qui est utilisée par la syntaxe du code.

En outre, les types sont dynamiques, c’est-à-dire qu’on n’a pas besoin d’écrire les différents types de variables tels que « string, nombres, arrays ». Python saura les identifier suivant les opérations qu’on fait avec.

C’est un langage multiplateforme et polyvalent

À l’heure actuelle, Python a 31 ans. Bien qu’il soit vieux, l’utiliser est toujours très intéressant. En fait, il peut s’appliquer à tous les types de développement. Parmi eux, le développement web, la conception de logiciels… De plus, Python peut être utilisé dans la gestion des infrastructures en local ou celles qui sont stockées dans le cloud. Il en est de même pour les travaux sur les bases de données, pour la création des fonctions personnalisées insérées dans les logiciels d’analyse de données. En outre, Python est le choix par excellence pour concevoir un outil à usage personnel.

En investissant un peu d’effort dans l’apprentissage de Python, l’apprenti n’aura que des compétences qui lui sera nécessaire sur le marché de l’emploi.

C’est un langage qui facilite le quotidien des développeurs

Avec les autres langages de programmation, la création des fonctions se fait de nombreuses lignes de code. Mais, ce ne serait pas le cas avec Python. En fait, ce langage est beaucoup plus facile à apprendre, surtout s’il est accompagné de la pratique. De ce fait, il est possible de concevoir un jeu rudimentaire en seulement deux jours. À part cela, Python est un langage de programmation très apprécié des novices du fait de son efficacité et de sa lisibilité.

Python offre également de nombreuses bibliothèques ainsi que de bons frameworks tels que Flask et Django. Cela rend le développement web beaucoup plus facile. Contrairement au PHP, Python permet de compléter une tâche en seulement quelques minutes.

Python possède une communauté très large

Lors de l’apprentissage d’un langage de programmation, il se peut que l’apprenti soit coincé sur un problème et ait besoin d’un coup de pouce pour s’en sortir. À l’heure actuelle, il est possible de résoudre le problème, grâce à la communauté Python. Il suffit de faire une simple recherche sur Google.

stockage en ligne

Quel type de stockage en ligne choisir ?

Le stockage en ligne ou le stockage en nuage s’est généralisé depuis quelques années. Désormais, bon nombre d’entreprises proposent leurs prestations aux particuliers. Il devient difficile d’y voir clair et de choisir le cloud parfait du fait de la pluralité des services existants dans le domaine. Voici donc une liste de clouds les plus utilisés dans le monde.

Google Drive : le cloud le plus complet

Il a été conçu pour toutes les personnes qui détiennent des comptes Gmail ainsi que les autres utilisateurs de Google. Google Drive figure parmi les meilleurs services de Cloud sur le marché.

Si vous disposez d’un compte Gmail, YouTube ou encore Google Calendar, sachez que vous pouvez à partir de maintenant profiter gratuitement de 15 Go d’espace de stockage. Celui-ci est réparti entre les différentes applications Google. De ce fait, si vous stockez vos photos dans Google Photo ou téléchargez des fichiers joints lourds dans votre Gmail, l’espace utilisé sera prélevé de vos 15 Go.

Sachez aussi que vos documents stockés sur Google Drive peuvent être partagés et modifiés si vous l’autorisez. Tout comme la musique stockée sur Google Music, les fichiers partagés avec vous ne sont pas décomptés de vos 15 Go.

Le principal avantage de Google Drive est sa facilité d’utilisation. Il est disponible sur Mac, iOs ou encore Android. Pourtant, il n’est pas compatible avec les Windows Phone.

Ce Cloud est fait pour vous si vous utilisez les différents services de Google.

pCloud : pour des meilleures fonctionnalités payantes

Bien qu’il soit payant, pCloud est le stockage en ligne qui offre aux utilisateurs de nombreuses fonctionnalités.

Il vous propose deux types d’abonnement annuel si vous avez besoin de plus d’espace :

  • Premium : 500 Go d’espace pour 47.88 euros par an
  • Premium Plus : 2 To pour 95.88 euros par an

Utiliser pCloud est très amusant, car sa synchronisation se fait de manière rapide. De plus, tant qu’il reste de l’espace sur votre Cloud, il ne fait aucune restriction sur la taille des documents stockés.

Pour assurer la sécurité des données, leur transfert sur le Cloud est crypté, et ce, de 256-bits AES/SSL.

À part cela, ce stockage en ligne vous offre une fonctionnalité que d’autres Cloud n’en possèdent pas. Il s’agit du cryptage du dossier, c’est-à-dire que tous vos documents sauvegardés dans ce stockage en ligne sont chiffrés localement. De par cette fonctionnalité, les employés de pCloud ne peuvent pas y accéder. En effet, il est uniquement dédié à vos données les plus sensibles.

Pour le reste, pCloud fonctionne de la même manière que les autres systèmes de stockage en nuage.

Si vous souhaitez avoir une capacité de stockage assez large, n’hésitez pas à opter pour le pCloud.

Dropbox : le meilleur stockage en ligne pour les entreprises

Dropbox a été conçu pour les entreprises, et ce, quel que soit leur secteur d’activité. Ce stockage en ligne est compatible avec macOS, Windows, iOs, ou encore Android. Il est également le seul service adapté aux utilisateurs de Blackberry et de Linux.

Dropbox est très facile à utiliser. Il crée un fichier sur votre PC qui est à son tour synchronisé automatiquement avec une copie en ligne. Grâce à cette fonctionnalité, vous pouvez consulter toutes vos données à n’importe quel moment, et ce, que vous soyez connecté ou non. En ce qui concerne l’application smartphone, vous n’avez qu’à spécifier les dossiers que vous souhaitez accéder lorsque vous êtes hors ligne.

Dropbox vous offre gratuitement un espace de stockage en ligne de 2 Go. Mais, si cela vous semble insuffisant, la souscription à la version payante de ce service est nécessaire.

Sachez que vous pouvez partager, modifier, voire supprimer vos dossiers stockés sur ce Cloud.

Pour ce qui est de la sécurité, l’identification se fait en deux étapes. Quant aux fichiers hébergés, envoyés ou téléchargés sur le Cloud, ils seront tous cryptés.

Le Cloud Computing, une révolution dans le stockage de données

Le Cloud Computing désignel’ensemble des technologies de stockage de données en ligne . Il se décline en de nombreuses variations, offrant ainsi, un grand nombre de ressources indispensables pour les entreprises. Celles-ci peuvent accéder à ce service via internet. Cette technologie a grandement évolué, en grande partie grâce aux progrès apportés à internet. Désormais, le Cloud Computing, représente un outil incontournable pour les entreprises.

Qu’est-ce que le Cloud Computing et comment il fonctionne ?

Pour comprendre le fonctionnement du Cloud Computing, il est indispensable de se référer à son composant le plus important, le Cloud. C’est un espace virtuel dédié au stockage de données et des ressources utilisées par les entreprises et les particuliers.

Le Cloud Computing est un service, un ensemble d’outils informatiques, de logiciels accessibles via internet. Ce concept entre dans le processus de relocalisation de la charge du travail en local. Cela permet de mieux sécuriser les données en évitant leurs pertes et en y sécurisant l’accès.

Quel sont les avantages du Cloud Computing ?

Ce processus révolutionnaire a grandement contribué aux différents changements dans le mode opératoire des entreprises. Celles-ci bénéficient d’un volume de travail, considérablement réduit grâce à l’hébergement et à la maintenance des infrastructures par les fournisseurs.

Un mode d’utilisation adapté aux besoins

Le fonctionnement des services est également un avantage pour les entreprises, notamment grâce aux fonctions spécifiques et aux niveaux de l’utilisation. En effet, avec une panoplie d’offres, les utilisateurs peuvent adapter les fonctions selon leurs besoins. Il en est de même pour la facturation. Dans ce cas, les entreprises ne payent que les services qu’elles utilisent. Cela permet de faire des économies plus ou moins importantes.

Un concept en évolution constante

Malgré l’importance du Cloud Computing et la place qu’il représente pour les entreprises, ce concept n’en est encore qu’à ses débuts. En effet, les fournisseurs ont encore la possibilité de développer leurs services, notamment grâce aux infrastructures et les ressources en leur possession.

Cela représente un avantage considérable pour les entreprises qui utilisent ce type de service. Le Cloud Computing s’adapte, en effet, à la croissance d’une entreprise.

Pour quel service opter ?

Le Cloud Computing dispose d’une large gamme de services. Pour savoir quel service utiliser pour votre entreprise, il est indispensable de connaître les différentes prestations disponibles.

L’infrastructure en tant que service

Ce service constitue la base de l’utilisation de cette technologie par votre entreprise. Il permet d’accéder à des ressources informatiques de base comme le stockage des données, la mise en réseau et la sécurisation des informations, et le traitement. Il s’agit notamment des ordinateurs et des disques de stockage virtuel. Le système peut facilement s’adapter aux besoins de votre entreprise en termes de capacité de stockage et du serveur.

Le Plateform as a service

La plateforme en tant que service est surtout utilisée pour la création d’application. Elle donne à votre entreprise l’accès à des composants comme les bases de données, les logiciels de créations, les systèmes d’exploitation et le serveur en vous épargnant l’installation et la configuration.

Le software as a service

C’est un service du Cloud Computing qui donne à votre entreprise l’accès à un logiciel complet géré par le fournisseur de services. Celui-ci est responsable de la fourniture, de la maintenance et de la mise à jour de l’application et des éléments qui la composent.

La meilleure application de ce service est sans doute le CRM ou la gestion de relation client. En effet, dans ce cas, l’utilisateur n’a pas besoin de mettre à jour le logiciel et se concentre uniquement sur son utilisation.

Le concept Anything as a Service

Il regroupe plusieurs outils du Cloud Computing qui permettent une meilleure gestion de votre entreprise. On retrouve dans cette catégorie l’utilisation de l’intelligence artificielle ou le AIaaS, les outils de communication ou encore le Desktop as a Service.

contenu site web

Comment rédiger un contenu attrayant ?

Lorsque vous écrivez des textes pour votre site web ou votre blog, vous trouvez probablement important que votre public lise réellement ce que vous avez écrit. Le contenu de votre blog ou de votre site web est destiné à être affiché, ce qui fait qu’il est perçu différemment des textes sur papier. L’internet est une affaire de vitesse. En quelques secondes, votre public décide si votre texte vaut la peine d’être lu ou non. C’est pourquoi, vous devez veiller à ce que votre message soit clairement transmis à votre public cible.

Lire la suite

Comment fonctionne un malware ?

De son nom originel « malicious software », le malware est tout simplement un système malintentionné. En termes clairs, il s’agit d’un logiciel conçu pour rendre défectueux ou porter atteinte à l’intégrité d’un appareil électronique. Il en existe de différentes sortes avec l’objectif commun de porter préjudice. Ainsi, en fonction de sa nature, le malware a un mode opératoire précis. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’un virus, il se propage dans votre appareil en s’attaquant aux différents fichiers. Ils sont généralement reconnus par l’extension (. exe). Le cheval de Troie est également un malware qui prend l’apparence d’un programme inoffensif, mais qui crée des portes dérobées pour laisser passer d’autres malwares. Toutefois, il en existe d’autres formes comme les spyware, les Ransomware, etc.

Lire la suite

Quels sont les langages de programmation les plus utilisés ?

Le langage de programmation peut être défini comme une requête de l’homme faite à la machine (ordinateur). Cette dernière interprète le langage pour donner le résultat escompté par ce dernier. Généralement, les spécialistes s’en servent pour créer des applications, des logiciels, des sites web, etc. Cependant, le nombre de langages de programmation est non négligeable de sorte à entrainer l’embarras de choix. Toutefois, certains sont plus utilisés que d’autres en raison des critères comme la facilité d’utilisation, le caractère complet de celui-ci, utilisation sur différentes plateformes, etc.

Lire la suite